La résistible ascension des femmes dans le monde académique : le cas des universités françaises, un texte de Séverine Louvel, juin 2007

Présentation au colloque international du MAGE « Genre, sciences et recherche : regards franco-allemands », Darmstadt les 31 et 1er juin 2007

Résumé: Cette communication, issue d’une recherche collective, explore une piste d’explication aux inégalités sexuées de carrière dans les universités françaises, celle du fonctionnement des commissions qui attribuent les premiers postes titulaires (comme maître de conférences) et les postes ultérieurs (comme professeur). Les critères de sélection, les pratiques d’examen des dossiers, d’audition des candidat-e-s, peuvent-ils introduire des biais discriminants entre les hommes et les femmes ? Ces biais potentiels sont-ils de même nature à l’entrée dans la carrière ou pour la promotion ? Quels rôles jouent la discipline et l’établissement dans ces pratiques ? Nous avons choisi trois disciplines (l’histoire, la biologie et la gestion) que nous avons analysées dans deux établissements. Au total, nous avons ainsi réalisé une cinquantaine d’entretiens semi-directifs avec des membres des six commissions considérées.
Nous montrons que le travail des commissions est sujet, pour les recrutements et pour les promotions, à d’importantes variations disciplinaires et institutionnelles. Toutefois, il n’est jamais directement discriminatoire et il présente même des traits qui rendent difficile l’expression de pratiques directement défavorables aux femmes. Cette recherche montre ainsi la nécessité, pour expliquer les inégalités sexuées de carrière dans les universités françaises, d’explorer les facteurs qui jouent en amont du travail des commissions, dans la constitution des candidatures.

Télécharger le texte (15 p.): Louvel_carrières_des_femmes_a_l’université_MAGE_2007