La Conférence permanente des président.e.s d’université signale les activités menées dans les établissements, 8 mars 2018

Le site de la CPU Conférence permanente des président.e.s d’université, consacre un article à Journée internationale des droits des femmes : un éventail d’actions dans les universités

S’arrêter le temps d’une journée, de quelques jours ou même d’un mois entier sur les questions d’égalité entre les femmes et les hommes : c’est ce que propose un grand nombre d’universités pour cette édition 2018 de la journée internationale des droits des femmes. La Conférence Permanente des chargé.e.s de mission Egalité-Diversité-Enseignement supérieur et recherche (CPED) fait le point sur les centaines d’initiatives proposées dans les établissements.

Du 5 au 31 mars, l’enseignement supérieur et la recherche souhaitent rendre visible leur engagement quotidien pour lutter contre les inégalités entre les femmes et les hommes au travers de nombreuses manifestations sur tout le territoire.
Expositions, conférences, ateliers, spectacles, consultez l’ensemble des actions recensées sur le site de la CPED.

Une action au quotidien

Le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation a créé une carte présentant l’état des dispositifs de lutte contre ces violences, sur les formations mises en place ainsi que sur les actions de sensibilisation menées au sein de la communauté universitaire.
Ces informations sont destinées à tous et toutes les acteurs et actrices de l’enseignement supérieur et de la recherche (directions d’établissement, chargé-e-s de mission égalité…) qui souhaiteraient s’inspirer des initiatives prises ailleurs, mais aussi à toute personne désireuse de s’informer sur l’état de la lutte contre les violences sexistes et sexuelles dans l’enseignement supérieur et la recherche.
Depuis la loi de juillet 2013 relative à l’enseignement supérieur et à la recherche, notons que chaque université a l’obligation de se doter d’une mission « égalité entre les hommes et les femmes ».

Une majorité d’étudiantes, mais une déperdition des femmes en montant dans la hiérarchie

Aujourd’hui, les étudiantes sont majoritaires dans l’enseignement supérieur puisqu’elles représentent 55 % des effectifs, toutes disciplines confondues. Par ailleurs, les femmes représentent un peu plus du tiers des enseignants-chercheurs. Pourtant, leur part diminue fortement entre le niveau maître de conférences et celui de professeur d’université. On compte seulement 10 femmes présidentes d’université pour 71 universités en France.

« C’est ce qu’on appelle la ségrégation verticale, c’est-à-dire la déperdition des femmes à mesure que l’on monte dans la hiérarchie. Les études montrent que les postes de maître de conférences et de chargés de recherche sont pourvus à 42 % par des femmes mais tombent à 24 % lorsqu’il s’agit des professeurs d’université et des directeurs de recherche ! », indique Christine Clérici, présidente de l’université Paris-Diderot, dans une interview à retrouver sur ce site à l’occasion du premier séminaire des femmes dirigeantes de l’enseignement supérieur, le 22 janvier 2016.

Pour elle, il y a plusieurs explications à ce phénomène, parmi lesquelles « la socialisation différentielle à laquelle sont soumis les hommes et les femmes depuis l’enfance qui produirait des attentes et des stratégies de carrière différente ».

Mais pour Christine Clérici, les choses évoluent actuellement dans le bon sens puisque « désormais, ce sont les hommes et les femmes responsables au sein de la communauté universitaire qui œuvrent conjointement pour cette égalité et qui s’engagent dans des actions qui visent à promouvoir la carrière des femmes et à favoriser leur accès aux responsabilités ».