Les chercheurs en entreprise en 2011, Note d’information Enseignement supérieur et recherche, juillet 2014

Le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche publie une Note d’information sur les chercheur.e.s en entreprise en 2011. La place des femmes y apparaît congrue.

 » Dans le secteur privé, un chercheur sur cinq est une femme. Cette proportion est largement liée à l’activité scientifique du chercheur, donc à sa discipline de recherche (graphique 6). Les femmes sont plus nombreuses que les hommes en sciences médicales et sciences biologiques. Elles représentent plus de 40 % des chercheurs en sciences humaines, sciences agricoles et en chimie. En gestion et encadrement de la R&D, la part des femmes se situe à proximité de la moyenne calculée, toutes disciplines confondues. Le déficit féminin parmi les chercheurs en entreprise se situe principalement en sciences de l’ingénieur ainsi qu’en mathématiques/logiciels/physique ; dans ces disciplines, 15 % au plus des chercheurs sont des femmes. Le phénomène observé en cours de formation dans l’enseignement supérieur est amplifié lors du passage dans la recherche privée.

En 2011, les trois disciplines de recherche les moins féminisées regroupent 81 % des chercheurs, ce qui explique la faible part des femmes parmi les équipes de chercheurs du secteur privé. A contrario, les sciences médicales et les sciences biologiques, disciplines où les femmes sont les mieux représentées, ne représentent que 7 % des chercheurs en entreprise. »

Télécharger le document (8 p.) : Note d’information_Les chercheurs en entreprise_juillet2014