Le plafond de verre chez les enseignant.e.s-chercheur.e.s en sociologie et démographie; un article de Alain Chenu et Olivier Martin dans TGS, novembre 2016

Travail, genre et sociétés publie, dans son numéro 36, de novembre 2016, un article d’Alain Chenu et Olivier Martin sur « Le plafond de verre chez les enseignant.e.s-chercheur.e.s en sociologie et démographie ».

Résumé:

La féminisation de l’enseignement supérieur français va croissante : la discipline « sociologie, démographie » illustre bien cette évolution puisqu’en 2012 44 % des enseignants chercheurs en « sociologie, démographie » sont des femmes alors que ce taux ne s’élevait qu’à 24 % en 1984. Pourtant, cette féminisation croissante cache la persistance d’un plafond de verre. Cet article en montre l’existence et cherche à l’expliquer. A cet effet, la carrière des enseignants-chercheurs est analysée étape par étape (qualification, accès au corps des maîtres de conférences, éventuelle qualification comme professeur, accès éventuel à ce corps) à l’aide de données individuelles concernant la période 1984-2013. Si l’accès au corps des maîtres de conférences ne semble pas (ou plus) être entaché d’une inégalité défavorable aux femmes, ce n’est pas le cas de l’accès au corps des professeurs : le plafond de verre se situe sur le chemin qui mène les maîtres de conférences au statut de professeur.

Télécharger l’article (24 p.): chenu-martin_2016_tgs_036_0133